Le développement moteur de l’enfant

L’apprentissage de la marche peut être comparé à la construction d’un édifice : il faut des bases bien solides pour passer à l’étape suivante. Tous les enfants peuvent passer par les mêmes étapes si on leur en donne la possibilité, elles constituent un véritable entraînement à l’image de celui des sportifs : plus les expériences (avant l’acquisition de la marche) seront variées et nombreuses, plus l’enfant sera à l’aise dans son corps.

Le trotteur, facteur d’accidents domestiques

Le trotteur procure à votre bébé une plus grande liberté de déplacements. C’est donc l’occasion pour lui d’explorer des territoires potentiellement dangereux et de se retrouver dans des situations à risques. Il faut ajouter à cela la vitesse du trotteur, dépassant celle de l’enfant en cours d’apprentissage de la marche et risquant de tromper la vigilance des parents.

Dans ces conditions, votre bébé risque de:
  • De faire une chute : les escaliers étant la principale source de chute, veillez à installer des barrières de protection pour empêcher l’accès de votre enfant aux marches.
  • De se cogner : installé dans son trotteur, votre enfant peut heurter un meuble, ou une table, au risque de faire tomber un objet posé sur le meuble. Le nombre de traumatismes crâniens des enfants qui circulent en trotteur n’est pas anodin. Si votre enfant percute un meuble dans la cuisine, s’approche de la cuisinière ou cherche à ouvrir un tiroir, attention aux risques de brûlures, de pincements des doigts… Dans son trotteur, votre enfant peut également s’approcher trop près d’un poêle ou d’une cheminée, soyez vigilants !
  • De se renverser : lorsque le trotteur bute contre un tapis, une petite marche, un objet laissé sur le sol, votre bébé risque de basculer vers l’avant.

FB_IMG_1451378979284